Blog

Qualité de vie au travail (QVT) : d’où ça vient ; qu’est-ce que c’est ?

Par - Le 10 novembre 2017

On entend de plus en plus parler du concept de « QVT ». La qualité de vie au travail est devenu un enjeu central, mais il n’existe pourtant pas de consensus autour de cette question en France. Bien-être au travail, « bonheur » au travail, qualité de vie au travail…  Ces notions fourre-tout semblent renvoyer à la QVT. En effet, l’appréhension de la qualité de vie est tout à fait personnelle, en lien avec des attentes différentes selon les collaborateurs d’une entreprise ou d’une organisation.

Comment définir et appréhender cette notion d’apparence subjective ? Cyconia vous propose son éclairage.

Petit historique de la QVT

Si l’intérêt pour la QVT en France est récent, le terme « Quality of work life » est utilisé pour la première fois aux États-Unis par Irving Bluestone, employé de General Motors à la fin des années 60 (1). La firme mettait déjà en place un programme pour évaluer le niveau de satisfaction des employés afin d’augmenter leur productivité.

La première Conférence Internationale sur la qualité de vie se tient en 1972 dans l’état de New York. La nécessité de coordonner les efforts des chercheurs et organismes concernés pour la création d’un corpus théorique solide sur la QVT est partagée par plusieurs acteurs. Quatre aspects d’une définition de la QVT apparaissent alors : intégrité physique, intégrité psychique, développement du dialogue social et équilibre vie au travail et vie hors travail (2) .

C’est seulement dans les années 2000 que la QVT fait son apparition dans l’actualité en France.

En 2007, l’ANACT, dans le cadre d’une semaine d’échanges autour des conditions de travail, a défini six facteurs clés de la QVT (3) :

  • les relations sociales et de travail ;
  • le contenu du travail ;
  • l’environnement physique de travail ;
  • l’organisation du travail ;
  • la réalisation et le développement professionnel ;
  • la conciliation entre vie professionnelle et vie privée.

En 2013, l’ANI (accord national interprofessionnel) propose cette définition de la qualité de vie au travail : « un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué ».

Trois ans plus tard, la loi Rebsamen (4)  inclut le thème de la QVT dans le champs de la négociation annuelle obligatoire des entreprises. La QVT devient ainsi incontournable dans les principes de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

On comprend alors que la QVT est vue comme un principe systémique et transversal, reposant sur des éléments objectifs, et qui articule optimisation des intérêts général et particuliers et performance économique des entreprises.

 

Plus précisément, L’ANACT et le HAS définissent la QVT comme « l’ensemble des conditions dans lesquelles les salariés exercent leur travail, leur capacité à s’exprimer et agir sur le contenu de celui-ci. »

61% des millennials (les personnes nées entre personnes nées entre 1980 et 2000) estiment que la QVT est plus importante que le salaire (5). Elle est donc incontournable aujourd’hui.

Nous avions exprimé lors d’un précédent article nos réticences à parler de « bonheur » au travail. Au-delà de la dimension irréaliste, le caractère préjudiciable de l’expression.

Si l’entreprise est responsable du bien-être de ses collaborateurs, elle n’est pas tenue de leur apporter le bonheur qui lui relève de l’intime. Par ailleurs, subordonner une notion aussi personnelle que le bonheur à des logiques productivistes pourrait apparaître comme cynique…

C’est dans la perspective de la qualité de vie au travail que Cyconia choisit de s’inscrire : le bien-être en entreprise est le cœur de notre métier.

Nous avions témoigné sur le plateau de la Tribune en tant qu’expert au sujet de la conciergerie comme nouvel outil de qualité de vie au travail. Aussi, notre assistant personnel intelligent offre de nombreux leviers en ce sens, à travers une offre d’accompagnement vers la QVT.

Les talents font l’entreprise. Assurer leur qualité de vie au travail revient à assurer la pérennité de l’entreprise.

La QVT, il faut l’oser !

« Le monde déteste le changement, c’est pourtant la seule chose qui lui a permis de progresser » Charles F. Kettering

 

1. Dupuis, G., Martel, JP., Voirol, C., Bibeau, L., Hébert-Bonneville, N. (2009) La qualité de vie au travail : Bilan des connaissances. CLIPP, Page 31
2. Viateur Larouche et Johanne Trudel, La qualité de vie au travail et l’horaire variable, Relations industrielles, Volume 38, numéro 3, 1983
3. Réseau de l’Anact et des Aract pour l’amélioration des conditions de travail, La qualité de vie au travail en 2007, Édition spéciale.
4.  LOI n° 2015-994 du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l’emploi
5. Adecco, Le feeling « À quoi ressemble l’entreprise rêvée des millenials ? », 2017

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER...