Blog

« La culture d’entreprise mange la stratégie pour le petit-déjeuner »

Par - Le 5 juin 2018
5 minutes de votre temps,
pour tout comprendre sur cet enjeu !

 

« La culture d’entreprise mange la stratégie pour le petit-déjeuner »
Peter Drucker, professeur, théoricien considéré comme le « pape » du management

Avez-vous remarqué ? Les entreprises les plus prospères sont celles qui ont les cultures d’entreprise les plus fortes.

La constitution d’une culture forte commence d’abord et avant tout par les employés. Vos ressources sont humaines : il convient donc d’en prendre soin.

À ce titre, la qualité de vie au travail (QVT) est souvent incluse dans la culture.
Depuis quelques temps, ce thème de la QVT – Qualité de Vie au Travail – a le vent en poupe.

Et pour cause : la QVT apparaît comme l’opportunité de répondre tant aux enjeux sociétaux – limitation des RPS (risques psychosociaux) – que économiques d’une entreprise (on vous en a parlé ici et ) : valorisation de la marque employeur, obligations RSE, engagement des salariés, performances accrues…

La culture d’entreprise, comme la QVT se doivent d’être transversales et donc pour tous.

Les travaux de Howard Stevenson comme les classements des « best place to work » (entreprises où il fait bon travailler), mettent en évidence le même constat : la culture d’entreprise soutient l’enthousiasme et l’engagement des employés.

Alors, qu’est ce qu’une culture d’entreprise ?
Comment la conjuguer aux enjeux QVT ?
Cyconia vous livre ici son décryptage.

 

De la QVT à la culture

 

La QVT rapporte, c’est incontestable. Une culture d’entreprise aussi. James L. Heskett, professeur émérite à Harvard en stratégie des affaires, estime qu’elle augmente de 20 à 30% sa performance.

Pourtant, le contexte du monde du travail est aujourd’hui émaillé de conflits.

Les chiffres du désengagement au travail, du ROI (retour sur investissement) de la QVT incitent donc de nombreuses entreprises à investir sérieusement ce champs. Ce, de façon structurelles, loin des démarches opportunistes type « bonheur au travail ».

Adieu babyfoot et autres solutions gadgets : l’heure est aux solutions structurelles. En effet, des résultats concrets exigent une stratégie QVT pérenne.

L’ANACT – Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail – inclut d’ailleurs la culture dans ce qui définit la QVT : « La QVT peut se concevoir comme un sentiment de bien-être au travail […] qui englobe […] la culture de l’entreprise… »1

Une telle solution doit donc s’inscrire dans le temps pour être efficace. Ce faisant, elle devient une culture d’entreprise.

À Harvard – oui on aime beaucoup leurs travaux – , on dit que la culture mange la stratégie pour le petit-déjeuner. Ce qu’on dit chez Cyconia, c’est que la culture se nourrit de QVT toute la journée.

La culture, elle, est ce qui préside à la stratégie d’entreprise, et même à sa création.

 

Culture dites-vous ?

 

Qu’est ce qu’une culture ? À cette question, nous répondons par une autre question.

Que vous évoque spontanément le nom d’une des entreprises du classement 2017 des entreprises où il fait bon travailler, « Apple »2 ? Simplement à du matériel informatique ou à un certain mode de vie ?

On le concède, vous n’êtes pas plus avancés sur ce qu’est la culture d’entreprise.

→ Un ensemble de valeurs : la culture d’entreprise, c’est la vision qu’une entreprise a d’elle même et qu’elle donne à voir à l’extérieur.
Une vision particulière, des valeurs partagées, un univers et une véritable identité qui font de l’entreprise une personnalité morale. La culture est avant tout au service de la mission et la stratégie d’entreprise.

C’est, par exemple, tout ce qui fait que vous pensez à un mode de vie avant de penser au matériel informatique…

Voyez Apple et sa fameuse « Keynote », conférence de presse ou plutôt show donné par feu Steve Jobs, véritable signature de la société. Mêlant culte du secret et suspense minutieusement étudié, la keynote est devenue l’emblème de la culture Apple : perfectionniste, idéaliste, innovante et secret partagé entre les employés.

 

Crédit : Justin Sullivan/Getty Images
Steve Jobs pendant une keynote

La culture d’entreprise est donc aussi sociale.

→ Un phénomène social : la culture d’entreprise façonne les attitudes et les comportements de ceux qui la font.
Elle fait vivre des normes culturelles en tant que « ce qui est encouragé, découragé, accepté ou rejeté au sein d’un groupe.»3

Google, par exemple, a su faire de son souci du bien-être de ses collaborateurs une réelle culture d’entreprise. Sport promu, équilibre vie professionnelle / vie personnelle favorisée, cantine illimitée gratuite, congés à rallonge et communication facilitée et encouragée… Pas étonnant donc que l’entreprise figure en tête du classement 20174 des entreprises où il fait bon travailler.

 

Incarner, transmettre, embarquer

 

Une culture d’entreprise n’existe que si on la fait vivre. Les acteurs internes doivent s’associer autour des valeurs et du projet d’entreprise pour les rendre concrets.

→ Incarner : la démarche QVT intervient alors comme levier et véhicule de cette culture. En effet, la QVT, lorsqu’elle est déployée, est la démonstration par la preuve de l’engagement de l’entreprise envers ses collaborateurs.

Il s’agit d’une politique qui commence d’abord en interne. Elle doit pour cela s’appuyer sur les compétences en interne pour appuyer les messages. Le rôle des RH est décisif.

Le management doit en effet avoir les comportements qui correspondent à l’entreprise. Joindre le geste à la parole donc, en démontrant au quotidien qu’elle adhère à ces valeurs.

→ Transmettre et embarquer : pour être connues et comprises, les représentations et valeurs partagées établies doivent être correctement diffusées. Un des principaux axes d’une politique QVT doit être la communication.
Une bonne communication améliore la compréhension des employés et leur engagement. Mais pas seulement. L’intérêt est également d’inclure toutes les parties prenantes, pour impliquer tous les acteurs sur ce projet.

Il est possible de renforcer cette évangélisation par divers supports.

C’est d’ailleurs pourquoi Cyconia comprend, dans sa solution pour la QVT et l’engagement, un community manager. En renfort des ressources humaines, pour stimuler la communication collective et incarner l’engagement de l’entreprise envers ses collaborateurs.

 

Engagement en entreprise : administrer la preuve

 

Les collaborateurs sont et font l’entreprise. C’est pourquoi l’engagement doit être réciproque : celui des talents ne peut exister sans celui de l’entreprise envers eux. Cela a toujours été notre propos.

Chaque employé est un acteur de la QVT et participe à faire vivre la culture de son entreprise… d’où l’importance capitale de lui laisser la possibilité de pouvoir s’exprimer.

L’ANACT et le HAS définissent d’ailleurs la QVT comme «… leur capacité à s’exprimer et agir sur le contenu de celui-ci [leur travail]. »


Face à cette évidence, deux choix se sont imposés à nous dans l’élaboration de la solution QVT Cyconia : permettre aux employés de s’exprimer et le sonder régulièrement.

Avec sa plateforme de communication intra-entreprise, Cyconia facilite le partage de compétences et les connexions entre collègues. L’idée : créer le lien indispensable à toute culture dans un groupe humain et le faire vivre en entreprise.

L’outil propose également des sondages à fréquences courtes pour être au plus près des attentes et besoins des collaborateurs.

S’engager dans une démarche QVT, c’est donc souhaiter du changement. Un changement de qualité de vie au travail, implique aussi une évolution de culture d’entreprise.

Cependant, il n’existe pas de modèle de culture unique qui réponde aux besoins de toutes les entreprises. C’est la raison pour laquelle il convient d’opter pour une solution personnalisée.

La force de Cyconia ? Une solution technologique sur mesure, évolutive et une équipe de consultants, sociologue, psychologues du travail pour accompagner sa mise en oeuvre, et faire que la qualité de vie au travail devienne une philosophie d’entreprise.

Afin que la QVT intègre la culture d’entreprise, Cyconia propose un programme d’accompagnement pour la prise en main de la plateforme par tous les salariés.

Restez connectés sur « On se la raconte », on en parlera bientôt.


 

1 Art.1 ANI 2013 : la QVT « peut se concevoir comme un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué ».

2 Best Places to Work 2017, Comparably, 30 novembre 2017

3 The culture factor, Boris Groysberg, Jeremiah Lee, Jesse Price, J. Yo-Jud Cheng

4 Best Places to Work 2017, Comparably, 30 novem

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER...